Georges Badin

La peinture de Georges Badin

Category : Expositions

Michel Butor OG VINIR

Dans le cadre du festival des arts de Reykjavik, la bibliothèque nationale d’Islande et l’ambassade française organisent une exposition autour de Michel Butor et 12 de ses amis (Bernard Alligand, Georges Badin, Anne Slacik, Joël Leick, Julius Baltazar, Mylene Besson, Pierre Leloup, Anne Walker, Bertrand Dorny, Maxime Godard, Graziella Borghesi et Youl), ainsi du 26 mai 16h (jour du vernissage auquel sera présent Michel Butor) au 31 août, 36 œuvres seront présentées dont les chants de la gravitation :

Catalogue de l’exposition

10 peintres du Roussillon dans leurs ateliers

Du 16 mai au 22 juin 2014, le Château royal de Collioure présentera 100 photos moyens et grands formats de Jacques Lahousse portant sur « 10 Peintres en Roussillon dans leurs ateliers » ainsi que deux toiles pour chacun de ces peintres (Zeyno Arcan, Georges Badin, Jean et Jacques Capdeville, Roger-Cosme Estève, Serge Fauchier, Marc Fourquet, Balbino Giner, Patrick Loste et Jean-Louis Vila). Seront aussi présentées 58 photos noir et blanc petit format (A4) à l’occasion du vernissage qui aura lieu le 16 mai à 18h. Georges Badin présentera donc deux toiles dont une réalisée à quatre mains avec le poète Emmanuel Merle.

Salah Stétié et les peintres

toile_Badin sète

Du 8 décembre 2012 au 31 mars 2013, une exposition au musée Paul Valéry de la ville de Sète présentera les livres d’artistes réalisés par Salah Stétié et des peintres parmi lesquels Georges Badin (aux cotés d’Alechinsky, Kijno, Tapiès, Titus Carmel, Zao Wou-Ki, Jan Voss). Une toile de Georges Badin de 1,4 m par 1,4 m sera exposée à cette occasion. (photographie : Gabrielle Voinot).

Photos de l’exposition à la Maison de la Catalanité

Photos de l’exposition à la Maison de la Catalanité (11 Bastion Saint Dominique, Perpignan) avec la galerie Maria Dos qui a lieu du 11 juillet au 28 août 2011.

Exposition à la Maison de la Catalanité (Perpignan été 2011)

L’exposition Georges Badin en partenariat avec la galerie Maria Dos aura lieu :

Maison de la Catalanité (localisation)
11 Bastion Saint Dominique
Perpignan

Du 11 juillet au 28 août 2011

Informations: 04 68 08 29 35
Téléchager l’affiche

Robert Marteau et ses amis peintres et graveurs

L’exposition « Robert Marteau et ses amis peintres et graveurs » aura lieu du 10 février au 15 mars 2009 à la médiathèque d’Issy-les-Moulineaux (33, rue du gouverneur général Eboué)

Seront exposés (entre autres) un livre avec des poèmes de Robert Marteau et des peintures originales de Georges Badin et un parasol peint.

Exposition Michel Bohbot, l’entourage d’un poète

Georges Badin participe à l’exposition Michel Bohbot, l’entourage d’un poète (livres imprimés, éditions de bibliophilie, ouvrages manuscrits)

Cette exposition qui se tiendra du lundi 8 octobre au samedi 24 novembre 2007 à la bibliothèque Louis-Nucéra à Nice.

Plus d’information sur cet événement…

Exposition Badin à la galerie La Métisse d’Argile (Saint-Hippolyte – 37)

Entrée libre : vendredi, samedi, dimanche, lundi de 15 h à 19 h (tél : 02 47 94 74 96)

2 textes de Georges Badin et Daniel Leuwers « Peintures – Poèmes » à la Métisse d’Argile

Une force obscure pour chasser la formule rampante, dans le refus de l’épilogue / par Georges Badin

Le poète s’approche du verbe sans le prononcer, sans l’écrire, il ne sera pas à l’infinitif, ce qui le vêtirait d’une nuance impérative. Volubilité, calme, intransigeance, pour des phares cependant, au carrefour de tous les sujets.
Une force dont pour le moment on ne distingue pas les contours, en pleine lumière, unirait les auteurs à leur insu, l’un comme l’autre agissant sur la page.
Instabilité : les syllabes sont sonores, le mot est long, son engagement univoque, son sens une fois pour toutes, il soumet à un déclin, mais dans le cours de l’écriture, de la peinture, entre « la base et le sommet », il aura, à tout moment où il apparaît, des dessins, des fournaises multiples, durables et une inclinaison au présent. Base : désir pour ne pas en avoir fini, ne pas achever. Sommet : rêve qui s’éparpille, se reforme, contre les insurgés, ceux qui se mettent avec insistance devant l’objectif. Ecrivant, peignant, tous deux ont un lieu. Là où ils sont, tout est à eux : moments hétérogènes, des richesses voisines de la perte, en dehors de ce qu’ils peuvent entendre ou prévoir. L’un comme l’autre sont dans ces intervalles, où il semblerait que toute décision doive être prise à l’encontre du durcissement qui emprisonnerait dans un sens univoque. « …Il ne remporte qu’une victoire mesurée dont promptement il se détourne, comme un peintre de sa palette, non comme un belliqueux de sa panoplie. » écrit René Char à propos d’Albert Camus. Je pense aux temps ouverts, où aucun repère n’est à la disposition des auteurs et où cette perte sera leur avenir, étrangement.
Bienfaits autant qu’il est possible de tous les mesurer et parcourir, altérables, ce sont là des carrefours et tout de suite écrits puisque le livre est aussi demande et désir, les deux branches de la croix qui sur la toile rejoignent la croisée de la fenêtre et au fond la montagne de salut, tous ces éléments, sujets, histoires, à la fois tenus et incomplets.
Les matinaux, alors que paraît le premier jour, que les couleurs, le bleu et le jaune, sont séparées, – bleu souverain, le paradis jaune ayant disparu – sont rejoints par ce qui est : saisis, brutalement, dépossédés dans l’aride platitude du lisse. La mémoire interviendra, assez vite ou d’une façon plus lointaine. Ils seront là, éveillés, dans leur présent. Des faits d’écriture, de peinture. Ce dessaisissement à leur portée, peut-être rejoints par un livre unique, désirs en place, seuil infranchi.

La Fête / par Daniel Leuwers

J’imagine la scène ainsi : Badin descend au jardin, ramasse du bois, discerne du bleu dans le soleil, rêve à une baie voisine où parfois il s’évade -Paulilles, sur la côte méditerranéenne-, puis remonte dans son atelier (je n’y suis jamais allé, et je ne connais pas l’homme, pas même en photo –seulement sa voix au téléphone. Mais une voix dit tout –ou presque).
Et j’imagine que ce rituel conforte chez Badin l’oubli des premiers mots de son poème (deux recueils au Mercure de France ont révélé dans les années 60 sa proximité avec André du Bouchet). De cette voix poétique apparemment éteinte, Georges Badin ne parle guère. Il esquive le sujet. Il se tait. C’est dans les couleurs qu’il se terre, soulève la terre, voit l’éther.
En son atelier, voici que du monde il s’allège. Les hauteurs où se love le village de Céret s’y prêtent. Georges Badin vit là depuis 1927, dans ce Céret (serré et éclaté à la fois) que Picasso visita et aima – Picasso dont Badin n’a jamais oublié la totale liberté de son bras en quête de noces hédonistes, de guerres érotiques et de joies graves, telle la corrida.
Badin rêve que ses toiles s’achèvent en poèmes. C’est comme si Manet appelait à son secours Mallarmé. Mais pour Georges Badin cette singulière torsion lui permet de boucler une boucle au terme de laquelle ni le peintre ni le poète ne se sentiront seuls. Badin convie donc des complices –des poètes à qui il n’aurait certainement pas déplu d’être aussi des peintres. Michel Butor, parmi d’autres.
Et la scène finale, avant les trois coups de la représentation, se présente à peu près ainsi : des toiles écrites, des bois, des boîtes, des corridas et des parasols s’inventent et s’invitent au milieu des livres. Mots et traits s’imbriquent. Le regard se démultiplie. C’est la fête à Badin. Ah, qu’il est bon d’en être !

Exposition à la galerie Akern (Galleri Åkern), Norvège

La galerie Åkern en Norvège expose des toiles de Georges Badin, du 2 juin 2007 au 7 juillet 2007

La Galleri Åkern (HYTTEGT. 16, 3616 KONGSBERG) en Norvège expose des toiles de Georges Badin, du 2 juin au 20 juin et du 3 juillet au 7 juillet 2007.

Plus d’information sur cet événement…

Exposition « Mots et Couleurs » Butor / Badin

Une exposition des toiles de Georges Badin et poèmes manuscrits de Michel Butor sur ces toiles

Expo à l’IUFM de Montpellier toiles de Georges Badin et poèmes manuscrits sur ces toiles de Michel Butor : du 28 février 2007 au 23 mars 2007.